Catégories
Les types de financement professionnel adaptés aux TPE et PME

Sources de financement : les FCPR

Les FCPR ou Fonds Communs de Placement à Risque interviennent dans le financement des entreprises lors de la période de capital-développement. Toutes les explications.

Le FCPR en détail

Lorsqu’une entreprise est dans sa phase de maturité, elle peut avoir un besoin de financement. Outre l’appel aux bailleurs de fonds traditionnels comme les institutions financières, ou puiser dans les fonds propres, elles peuvent faire appel aux FCPR.

Ces fonds de placement ne possèdent pas de personnalité juridique et sont gérés par des sociétés de gestion. Ils interviennent dans le cadre de financement d’un montant supérieur à 500.000 euros et sont régis par l’article 22 de la loi 88-1201 du 23 décembre 1988.

Les FCPR doivent être constitués à 40 % de valeurs mobilières, à 15 % des avances en comptes courants, et financer les entreprises non cotées à la Bourse.

C’est un prêt professionnel intéressant et peu contraignant pour les sociétés nécessaire pour financer le lancement d’un nouveau produit, ou renouveler l’appareil de production.

Comment bénéficier d’un financement via un FCPR ?

Avant de disposer du montant demandé, les souscripteurs à un FCPR vont étudier votre business-plan établi sur une durée de 3 ans.

S’ils le trouvent rentable, viable financièrement, économiquement et commercialement, ils peuvent vous accorder le prêt.

Toutefois, il faut savoir que les critères retenus sont différents de ceux appliqués par les banques. Les investisseurs opteront pour un dossier de qualité et examineront l’expérience des dirigeants, la nature et à l’objet des produits destinés à la vente ou encore le caractère vendeur ou innovant de l’offre.

De plus, la demande de financement par un FCPR n’est acceptée que si l’entreprise a une existence de vie supérieure à 4 ans et que son seuil de rentabilité a déjà été atteint. Le FCPR n’est pas applicable pour les start-ups ou jeunes entreprises.

La durée d’investissement est en général de dix ans, et les investisseurs peuvent prendre le contrôle de l’entreprise si ses performances économiques sont bonnes et le ratio d’endettement, faible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *